• Bonjour à tous,

         De retour de mes vacances en Vendée Je vous propose un petit article traitant de la corderie royale de Rochefort. Passage oblige pour un passionné de modélisme d’autant plus que je suis en pleine recherche de documents et d’exemples pour la réalisation des poulies et des cordages pour mes models.

         On trouve déjà un tas de site et de photos sur la corderie royale, celui de la corderie lui-même est extrêmement bien fait. d’ailleurs pour les explication historique et technique je ne me suis pas cassé la tête j'ai repris celle du site internet (http://www.corderie-royale.com/) seul les photos sont de moi et comme je ne voulais pas mètre des photos en vrac sans explications...  

     

    Alors c'est partie pour la visite :

    La corderie royale fut le joyau de l'arsenal, la plus longue manufacturent d Europe au XVIIe siècle.

    bat 03  

         En 1661 il reste à peine une 20 navires de la puissance marine de guerre créée par Richelieu dont seulement deux ou trois sont en état de prendre la mer. Louis XIV charge donc son ministre Colbert de relever cette marine. Il manque sur la cote Atlantique un établissement spécialisé, un lieu de refuge, de défende et d’approvisionnement. C’est en 1666 que le roi prend possession de la terre de Rochefort pour y établir l’arsenal de la flotte du Ponant.

     

    Les avantages du site entre Bordeaux et Nantes sont nombreux :

     

     - Une rade bien protégée des vents, permet un mouillage sur à l’embouchure du fleuves (entre les iles de Ré, Aix et Oléron). 

     - Rochefort étant à plus de 20km des cotes par la rivière constitue une protection idéale contre un éventuel assaillant.    

     - La richesse de la région et son arrière pays (bois, vivre, sel, forge)

         -  Une main d’œuvre nombreuse à disposition sur ce littoral et de plus rompue à la dure vie en mer

     

         Le premier ouvrage construit est la corderie dont la réalisation commence en 1666 pour se terminer en 1669.

         Le bâtiment de 374 m de long, posé sur un radeau de poutres de chêne pour pallier l’instabilité du terrain marécageux, est une manufacture de cordes. Sa grande longueur s’explique par le besoin de confectionner des cordages longs d’une encablure, soit 200 m.

         La toiture de la Mansart est composée de tuiles rondes et d'un brisis d'ardoise. Coté ville, le bâtiment présente une façade sobre. On y accolera quelques années plus tard onze contreforts car le bâtiment "gite" dangereusement.

    bat 04

         Côté fleuve, le traitement est très différent. Les ouvertures sont plus nombreuses, encadrées et rythmées par des pierres de teille en bossage. les lucarnes de l'étage sont toutes surmontées de frontons alternativement triangulaires ou arrondis, chapeautés d'une boule. Un pavillon central se détache de la longue façade. Au dessus du portail , un imposant fronton circulaire dissimule dissimulait les cheminées des étuves ou sèchent les cordes avant le goudronnage.

    bat 02

          Les autres bâtiments de l’arsenal vont se succéder au bord de la Charente, magasins, fonderie, forges, poudrière, formes de radoub pour la réparation des bateaux. 500 navires et vaisseaux vont être construits jusqu’à la fermeture de l’arsenal en 1927. La corderie fabrique des cordages pour la marine jusqu’en 1867, l’évolution des techniques et l’apparition des câbles d’acier rendant obsolète son activité.

         La corderie a failli disparaître après l’incendie qui l’a détruite partiellement en 1944. Les troupes d’occupation allemandes y avaient mis le feu avant de se retirer. Au lendemain de la guerre l’édifice n'est plus qu'une ruine envahie par la végétation

         L’amiral Maurice Dupont, commandant la marine à Rochefort, entreprend de nettoyer le site en 1964, et en 1967, le bâtiment devient monument historique. Les conditions sont réunies pour sa restauration qui commence en 1976 pour s’achever en 1988. L’aile sud y voit naître mieux qu’un musée, le Centre International de la Mer, centre d'interprétation différent du musée traditionnel à vocation maritime, en 1985.

     

    bat 05

          voici en ce qui concerne l'histoire de la corderie royale. je rappel que toutes les informations écrite dans cette article sont tiré du site internet officiel de la corderie royale de Rochefort. vous pouvez donc les retrouver ici : http://www.corderie-royale.com/ .

         

         Maintenant que la présentation de la corderie est faite nous allons pouvoir passer aux expositions que l'on peu contempler.

     

    La première, et pas des moindres, la salle sur les cordages. On nous explique à partir de qu’elles matière sont réalisés les cordages, le chanvre. Celui-ci était importé de Russie ou d'Italie mais également cultivé en France.

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    les ballots de chanvre sont stocké dans des endroits secs et bien aérés, il doit être fin et doux de couleurs homogènes et d'odeur forte. Le chanvre est travaillé dans l'atelier des éspadeurs qui le débarrasse de la chenevotte encore attachée à la filasse. Ensuite les peigneurs se chargent d'organiser et d'affiner définitivement la fillasse, ils divisent les faisceaux de fibres en passant les poignées de chanvre dans des peignes. Ces peignes permettent d'obtenir la fibre ultime.

     

    Ensuite le fileur forme l'élément de base du cordage, le fil carré. Le fil est enroulé sur le tambour d'un touret avant de servir à la fabrication des cordages

     

    Dans cette salle trône l'énorme machine d'époque en trois parties à commettre les cordages. A une extrémité est placé le chantier, machine fixe munit de manivelles à clavette:

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    à l'autre extrémité est placé le carré, reposant sur un charriot mobile :

     

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Sans oublier le Toupin, placé au début devant le carré, lui aussi étant mobil :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    On commence tout d’abord par former des faisceaux égaux (longueur et nombre de fil identique) avec les fils de carré. On les tortille en faisant tourner les manivelles du chantier dans un sens et les manivelles du carré dans le sens opposé. Rapidement plusieurs torons ce forment. Les torons sont alors réunis à une seule manivelle du carré. Il faut tourner à nouveau les différentes manivelles pour que les torons se tordent les un sur les autres, se "Commettent".

     

    Le toupin, placé tout d’abord devant le carré, avance de lui même vers le chantier au fur et à mesure du "commettage" suivant la formation du cordage. Pendant l'opération le chantier à perdu un tiers de la distance initiale qui le séparait du carré. C’est ce que l'on nomme "Commettre au tiers"

     

    Les cordages réalisés il ne reste plus que la phase du goudronnage. Le but étant de les rendre imperméable et prévenir leur vieillissement prématuré. Le cordage doit être préalablement ramollie et purgé de son humidité, pour cela il est entreposé une semaine dans une étuve. On l'immerge ensuite rapidement dans le "goudron" qui est obtenu en brulant des bois résineux, en particulier du pin. Le goudronnage s'applique au cordage fini mais peu aussi s'appliquer au fil carré avant la réalisation du cordage. Pour mieux comprendre le fonctionnement, une démonstration est réalisée sur une machine à commettre de plus petite taille. On retrouve les trois parties. Chantier, carré et toupin (pièce de bois posé au fond) :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    De gauche à droite on voit le chantier où sont réuni sur un croché les fils carré et à l'opposé le carré où sont disposés quatre départ aillant sur chaque départ 6 fils carré. Le toupin est positionné du coté du chantier. En tournant la manivelle (du coté droit de la photo) les 4 crochets tournent simultanément dans le même sens ce qui à pour but d'enrouler sur eux même les 6 fils carré de chaque croché de manière à obtenir 4 torons. Au fur et à mesure que les torons ce forment le toupin avance et les quatre torons ce commettent entre eux afin de réaliser le cordage :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    et voici ce que l'on peu réaliser avec ces cordages:

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

     

    Pour finir on nous propose un clivage entre cet ère révolu et notre ère industriel avec une belle machine à commettre toute automatique :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Et voila pour la partie "réalisation de cordage". Suis ensuite toute une exposition de carte maritime, d'outil de navigation, et de très belle maquettes. 

     

    Je n'ai pas pris de photos des cartes mais par contre quelques photos des outils de navigation:

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Au passage quelques pièces d'accastillages :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    (Je fais minuscule à coté)

     

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Et pour finir quelques photos des maquettes (pas évidents avec les vitres de protections...) :

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    Pour finir une superbe maquette de la gabare du roi le "Gros roi"

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

    Visite de la corderie (ou comment réaliser des cordages)

     

    et voila pour la visite de la corderie royale.

    Toutes les explications sur le chanvre, la réalisation des cordes et la machine à commettre sont tirés du site internet officiel de la corderie royale de Rochefort (http://www.corderie-royale.com/)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique