•      Petite astuce ou plutôt test de la lampe pour vérifier si le calfatage est bien réalisé... et si ce n'est pas le cas et bien le compléter :

    Seabird : Vérification étanchéité du pont

    La on comprend qu'il reste encore un peu de peaufinage avant d'obtenir un calfatage parfait...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  •           Il existe une technique pour éviter que les cordages peluchent, Il suffit de mettre un "coup de cire". Pour cela deux façons de faire:


    - Avec de la cire en crème, d'abeille de préférence, avant la pause ou la fixation définitive des cordages. Une cire classique liquide pour les meubles en petit bidon convient aussi.
    S'applique en douceur et sans excès avec un petit bout de chiffon non pelucheux (de type morceau de jeans) ou directement avec les doigts.


    - Avec de la cire en pain (magasins de bricolage) pour les cordages déjà posés.
    Il suffit de passer le pain le long du cordage. A noter que le pain peut être coupé, ce qui est bien pratique
    Il existe des pains de cire "spéciale maquettes".<o:p></o:p>

    Voilà c'est un petit truc mais qui apportera un cachet en plus à votre réalisation.

     

    Trucs et astuces: Technique anti peluche sur cordageTrucs et astuces: Technique anti peluche sur cordage
     
     
     (Je remercie AD'HOC membre de la royale modélisme, pour m'avoir donné ce conseil)
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Bon alors aujourd'hui je fais une petite aparté sur la construction du Smit London pour vous montrer la réalisation du lest de ma maquette.

    Grâce à la méthode de calcul fournit par le site "la royale modélisme" ICI   J'ai determiné qu'il me faudrait rajouter 4Kg de lest dans les cales de ma maquette. Ayant un vieil oncle travaillant dans le bâtiment et se baladant encore sur les chantiers j'ai pu lui piquer du plomb sous toutes formes :

    IMAG0012

     

    Plaques, tubes, fils....

     

    Avant de m'occuper du plomb j'ai réaliser des moules au moyen de patte à modelé et de papier d’aluminium pour prendre l'empreinte du fond de la maquette :

      

    1

    2

    3

    5

    6

    7

     

    suite à cela j'ai pu réaliser des moules en plâtre (attention car la patte à modeler flotte dans le plâtre, il faut bien le collé au fond de la boite utilisé pour réaliser le moule)


    IMAG0004

    IMAG0005

     

    Puis après la fonte du plomb.

     

    Bien faire attention, de ce mettre dans une zone à l’abri du vent et bien aérée...

    Le plomb étant un métal ayant son point de fusion autour de 330°C, j'ai utilisé une vieille casserole sur un tripâtes pour maintenir en température et un petit chalumeau pour faire fondre le plomb. Une fois le plomb fondu il faut écumer les impuretés puis reste plus qu'à le couler dans les moules.

     

    IMAG0001

     

    IMAG0002

     

     

    ATTENTION : la différence de température (choc thermique) lors du coulage entre le plomb et le moule en plâtre  provoque une "ébullition"et une projetions de particule de plomb en fusion

     

    IMAG0009

      IMAG0008

    IMAG0011

     

     Et voila le résultat :

     

    IMAG0016

     

     

     

    Réalisation de lest en plomb

    Il ne reste plus qu'à ébavurer, et équilibrer les blocs...

     

    Rien de bien soucié au final.

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Réalisation d’un moteur d’étrave 

     

    • Définition :

         Le propulseur  d’étrave est un moteur placé transversalement sous la flottaison au niveau de l’étrave (d’où son nom) qui permet de faciliter les manœuvres d’accostage ou d’appareillage.

     

    - Schéma vue de coté :

     caract02-copie-1.jpg  

     

    - Schéma en vue de face (ou vue de coupe AA’)

     etrave-vue-de-face.jpg

     

     

    • Matériel utilisé

    Pour réaliser ce dernier il nous faut donc :

    -         Un servomoteur

    -         Deux micros contacteur

    -         Le moteur d’étrave

    -         Du câble électrique

     

     materiel-utilise.jpg

         J’ai donc acheté un moteur d’étrave déjà prêt à l’emploi du commerce avec une des pales. Bien évidement il est possible de réaliser ce moteur soit même.

     

     

    • Moteur d’étrave indépendant :

          En ce qui concerne nos modèles réduits il existe plusieurs manières pour réaliser ce dispositif. Pour ma part, sur le « Smit London », la commande du moteur d’étrave sera actionnée par un servomoteur et il sera indépendante du gouvernails.

         - Schéma de commande électrique :

    Trucs et astuces: Réalisation d'un moteur d'étrave

              On peut  jouer sur l’inclinaison des lamelles des micros contact pour définir le déclenchement du moteur d’étrave (fonctionnement du moteur d’étrave en poussant plus ou moins le manche de direction de la radiocommande).

    • Moteur d'étrave asservie au gouvernail

         On peut également asservir le moteur d'étrave au gouvernail de tel  manière à ce que quand le gouvernail est poussé à fond à gauche (Bateau tournant vers la gauche) le moteur d’étrave pousse l’avant du bateau vers la gauche et inversement lorsque le gouvernail est poussé à fond à droite (Bateau tournant vers la droite) le moteur d’étrave pousse l’avant du moteur vers la droite comme indiqué sur le schéma ci-dessous

    Si ce n’est pas le cas il suffira juste d’inverser les deux fils d’alimentation du moteur.

     

         - Schéma de commande électrique :

     Trucs et astuces: Réalisation d'un moteur d'étrave

    •  Déplacement de l’avant du bateau vers la gauche et vers la droite

    fonctionnement-G-D.jpg

     

    • Déplacement du bateau vers la gauche et vers la droite

         En mettant le bateau en marche arrière et en activant le moteur d’étrave il devient possible de déplacer le bateau en « crabe » comme démontré sr les schéma ci-dessous

     fonctionnement-crabe.jpg

      

     Voici pour la réalisation du moteur d’étrave en espérant être assez clair.

     

         Bien évidement ces explications restent un exemple tiré de diverses informations collectées sur le net car en ce qui me concerne je suis parti de connaissance zéro.

     

      Je remercie donc mais amis de la royale et le site http://p.loussouarn.free.fr/ ou je me suis permis de copier quelques schémas.

     
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Les fréquences en modélisme

      

    • MODALITÉS D'UTILISATION DES SYSTÈMES DE RADIOCOMMANDE 2,4 GHz

    La bande 2400 - 2483,5 MHz est utilisable librement pour les équipements  de type "Wideband Data transmission" (sous-classe 22) conformes à la norme EN 300 328, dont les ensembles de radiocommande de nouvelle technologie à extension de spectre.

    En addition à une sécurité accrue apportée par le nouveau système de modulation et de recherche automatique des canaux libres, l’utilisation de la bande 2,4 GHz apporte un grand nombre de  fréquences nouvelles  utilisables pour l'aéromodélisme.

    La limite supérieure autorisée en puissance  par la norme est de 100 mW avec une limitation en France à 10 mW sur la partie supérieure de la bande (2454-à 2483,5 MHz) pour un usage à l’extérieur d'un bâtiment (limitation qui n'existe pas en vol d'intérieur).

    Début décembre 2007, la réglementation en vue de la commercialisation des ensembles de radiocommande travaillant sur la bande 2.4 GHz a évolué. Bien qu'appartenant toujours à la classe 2, les matériels destinés à la radiocommande  ne sont plus soumis à autorisation de mise sur le marché français ; ceci signifie que la diffusion en France des ensembles de radiocommande 2.4 GHz devient notablement plus simple pour les importateurs.

    Il subsiste que les matériels utilisés en France doivent :

    - respecter la bande d'émission 2400 - 2483,5 MHz et la limitation de puissance d'émission de 100 mW (ramené à 10 mW entre 2454 et 2483,5 MHz pour le vol en extérieur) ;

    - porter (produit et emballage) le signe CE ! (le point d'exclamation signifiant qu’il y a des restrictions d’utilisation dans certains pays européens dont la France) ;

    - faire état au niveau du manuel d'emploi de la limitation de puissance dans la partie supérieure de la bande spécifique à la France.

    Pour une utilisation en France des ensembles de radiocommande 2,4 GHz, il conviendra donc de s'assurer que la puissance émise ne dépasse en aucun cas 100 mW et que la radio permet bien de limiter  la puissance d'émission à 10 mW dans  la bande 2454 - 2483,5 MHz au moins en cas de vol en extérieur (dispositif mécanique de type interrupteur ou programmation logicielle).

    Remarque : fin avril 2008, l'ANFr a précisé à la FFAM que la restriction actuelle dans la bande supérieure qui est spécifique à la France disparaîtrait en 2012 suite à l'extinction des matériels actuellement utilisés dans cette bande par le ministère de la défense.

    Une réunion tenue à Bruxelles le 14 mai (groupe TCAM21) et à laquelle la FFAM a participé en soutien du représentant français de l'ANfr a permis de conclure que la commission européenne ne voyait pas d'objection à l'utilisation de la bande 2,4 GHz pour le modélisme. Toutefois, il est ressorti de cette réunion la nécessité de clarifier la norme de référence (EN 300 328) afin d'éviter des interprétations restrictives faites par certains pays européens.

     

    • LES FRÉQUENCES UTILISABLE EN MODÉLISME

     

    Fréquences allouées au modélisme(hors bande 2,4 GHz)

    suite aux décisions ARCEP n°s 2008-0516 et 2008-517

     

     Application à tous types de modèles réduits

    26,815 – 26,825 – 26,835 – 26,845 – 26,855 – 26,865 – 26,875 – 26,885 – 26,895 – 26,905 – 26,915 MHz

     Application à tous types de modèles réduits

    26,995 – 27,045 – 27,095 – 27,145 – 27,195 MHz

    Fréquences réservées à l'aéromodélisme  

    35,000 - 35,010 MHz

    Application à tous types de modèles réduits  

    40,665 – 40,675 – 40,685 – 40,695 MHz

     

     

    Fréquences dédiées à l'aéromodélisme

     

    41,000 -  41,010 - 41,020 - 41,030 - 41,040 - 41,050 MHz (disponibles jusqu'au 31 décembre 2010)

    41,060 - 41,070 - 41,080 - 41,090 - 41,100 MHz

    Application à tous types de modèles réduits

     

    41,110 – 41,120 – 41,130 – 41,140 – 41,150 – 41,160 – 41,170 – 41,180 – 41,190 – 41,200 MHz

    Application à tous types de modèles réduits

     

    72,210 – 72,230 – 72,250 – 72,270 – 72,290 – 72,310 – 72,330 – 72,350 – 72,370 – 72,390 – 72,410 – 72,430 – 72,450 – 72,470 – 72,490 MHz

     

    Application à tous types de modèles réduits

     

    2 400 MHz à 2483,5 MHz

    la limite supérieure autorisée en puissance par la norme est de 100 mW avec une limitation en France à 10 mW sur la partie supérieure de la bande ( 2454 à 2483,5 MHz pour un usage à l'extérieur de bâtiments ( limitation qui n'existe pas rn vol d'intérieur)

     

    • AGENCE NATIONALE DES FRÉQUENCES (ANFr)

    Le spectre des fréquences radioélectriques appartient au domaine public de l'État, qui a la responsabilité de le gérer, d'en planifier et d'en contrôler les usages.

    Ces missions sont confiées à l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR) en collaboration avec neuf affectataires. Les affectataires sont, soit des autorités administratives indépendantes (ARCEP, CSA), soit des ministères (défense, ...).

      

    • AUTORITÉ DE RÉGULATION DES COMMUNICATIONS ÉLECTRONIQUES ET DES POSTES (ARCEP)

    L’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) avait été créée par la loi de 1996 pour réguler le secteur des télécommunications.

    En 2005, le législateur a souhaité lui confier également la régulation des activités postales. Dans ce contexte l’ART est devenue le 20 mai 2005 l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP).

    Pour que la régulation des fréquences soit équitable, il convient qu’elle soit assurée en toute indépendance à l’égard des différents opérateurs présents sur le marché. Dans ce contexte, il a été mis en place un collège de l'ARCEP dont l'indépendance est assurée par le mode de désignation des sept membres qui le composent. Trois d’entre eux sont désignés par le Président de la République, deux autres par le Président de l’Assemblée Nationale et deux autres encore par le Président du Sénat. Nommés pour une durée de six ans, les membres de l’Autorité sont irrévocables et non  renouvelables.

    Par ailleurs, l'ARCEP comprend des services qui sont placés sous la responsabilité d'un directeur général.

    L’ARCEP a la responsabilité d'attribuer aux différents opérateurs civils les fréquences et de définir les modalités d'utilisation associées. Cette autorité est donc l'interlocuteur de la FFAM pour les fréquences dédiées à l'aéromodélisme.

    Remarque : la bande 2,4 GHz étant d'un usage "libre", l'interlocuteur de la FFAM pour cette bande est l'ANFr.

     

    • DÉCISIONS RELATIVES AUX FRÉQUENCES UTILISABLES POUR LES SYSTÈMES DE RADIOCOMMANDE DE MODÈLES RÉDUITS (HORS 2,4 GHZ)

    La décision ARCEP n° 2006-1101 du 26 octobre 2006 (non publiée au JO) attribuait les bandes de fréquences suivantes aux systèmes de radiocommande de modèles réduits :

    - 26,810 à 26,920 MHz.

    - 26,995 à 27.195 MHz.

    - 40,66 à 40.70 MHz.

    - 41,005 à 41.205 MHz.

    - 72,2 à 72,5 MHz.

    Remarque : cette décision abrogeait donc les décisions ART n° 98-882 et n° 98-883 du 21 octobre 1998 qui régissaient jusqu'alors les conditions d'utilisation des installations de radiocommunications de loisir de type radiocommandes de modèles réduits.

    La  décision ARCEP n° 2008-0516 du 3 juin 2008 (publiée au JO du 16 septembre 2008) complète la décision précitée. Au delà de la réattribution du canal 41,000 MHz jusqu'au 31 décembre 2010, cette décision officialise l'allocation des deux canaux 35.000 MHz et 35.010 MHz en application de la décision européenne ERC/DEC (01)11 du 12 mars 2001 qui attribue la bande 34,995 - 35.225 MHz à l'aéromodélisme.

    L'utilisation de ces deux fréquences qui avait été autorisée par le président de la FFAM dès début mai 2008 est donc officialisée.

    Par ailleurs, la décision précise : "Des travaux sont en cours afin de permettre la libération de ressources spectrales supplémentaires, et ainsi poursuivre la mise en œuvre de la décision européenne précitée."

    Remarque : les difficultés rencontrées pour la transposition en France de la décision ERC/DEC (01)11 provient du fait que la bande est actuellement attribuée et utilisée par les directions départementales de l'équipement (DDE) qui relèvent du ministère de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire.

    L'action de la FFAM ne s'arrête bien évidemment pas là, notre objectif restant toujours une affectation au plus tôt de la totalité à l'aéromodélisme.

    La décision ARCEP n° 2008-0517 du 22 avril 2008 (publiée au JO du 16 septembre 2008) fixe les conditions techniques d'utilisation que doivent respecter les systèmes de radiocommande de modèles réduits. Elle récapitule les bandes de fréquences allouées au modélisme et précise notamment pour chacune d'entre elles le type d'application (bande dédiée à l'aéromodélisme ou d'un usage général pour le modélisme).

    Cette décision abroge  la décision la décision ARCEP n° 2006-1101 du 26 octobre 2006.

    Un rectificatif au JO du 16 septembre 2008 a été publié au JO du 11 avril 2009 relatif à l'annexe de la décision n° 2008-517 afin de réaffecter l'usage de la bande de fréquences 26.815 à 26.915 MHz à tous les types de modèles réduits (usage limitée à l'aéromodélisme dans l'édition électronique de la décision).

     

    Pour accéder à la décision N° 2008-516  -> Cliquez ICI

    Pour accéder à la décision N° 2008-517  -> Cliquez ICI

    Pour accéder au rectificatif de la décision N° 2008-517  -> Cliquez ICI

     

     

    Il convient de souligner qu'aucune garantie de protection contre le brouillage n'est offerte.

    Par ailleurs, ces décisions s'appliquent aux radiocommandes de modèles réduits sans limitation aux seules fins de loisir ou de compétition, ce qui signifie que les fréquences sont utilisables pour des modèles réduits effectuant du travail aérien.

    Toutefois, les fréquences étant exclusivement allouées pour l'utilisation des modèles réduits (et certaines à l'aéromodélisme seulement), la FFAM peut se défendre d'une utilisation éventuelle de ces fréquences dans un cadre externe. Ainsi, en cas de problème de fréquence sur un terrain, il est possible d'obtenir un contrôle de l'ANFr permettant d'identifier la source éventuelle de brouillage externe. en pareille situation, il convient de saisir la FFAM par un courrier précisant le problème rencontré.

    Par ailleurs, ces décisions s'appliquent aux radiocommandes de modèles réduits sans limitation aux seules fins de loisir ou de compétition, ce qui signifie que les fréquences sont utilisables dans le cadre du travail aérien. Toutefois, cette utilisation particulière n'est pas couverte par l'assurance fédérale et  donc les licenciés qui sont concernés doivent souscrire une assurance spécifique dans le cadre de leurs activités professionnelles.

     

    Il est impératif de strictement respecter la réglementation et de n'utiliser pour l'aéromodélisme que les fréquences autorisées en France.

     

     

    Les informations ci-dessus relatif au fréquence utilisable en aéromodélisme on été récupéré à partir du site de la FFAE (Fédération Française d'AéroModélisme) consultable ICI

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
  • Bonjour à tous,

     Si vous partez du principe que la notice est faite pour vous guider dans le montage et que par soucis de réalisme vous voulez amélioré vos modèles afin de les rendre plus proche de la réalités alors cette page est faite pour vous.

    Il n'y a qu'une seule solution pour rendre plus réaliste ces modèles. Elle consiste simplement à ce documenter (livres, photos...) et observer.

     Par soucis de réalisme sur mon Amérigo Vespucci et après avoir longuement regarder des photos du vrai navire j'ai opté pour une réalisation des hublots différentes de ceux proposé par le kit.

     La photo ci-dessous nous montre que dans la réalité, les hublots sont à fleur de peau de la coque avec une gouttière sur le dessus:

    hublots amerigo vespucci IMGP1325

     

     

    Maintenant la photo ci-dessous nous montre ce que propose le kit Mantua :

     hublots laiton

     

    Des trous alignés sur la coque remplie par un œillet en laiton... bof.

    Donc dans un premier temps réaliser le marquage de vos hublots sur la coque, à laide d'un pointeau réaliser une empreinte. De cette manière vous pourrez percer vos hublots et obtenir un alignement parfait. Ensuite ébavurer les trous.

    Pour réaliser le vitrage de vos hublots il suffit juste de remplir le trou avec de colle blanche ou colle cyano. La colle cyano va rester transparente alors que la colle blanche va se teinter un peu après séchage.

    Et pour la réalisation des gouttières il suffit juste de coller un morceau de fil de fer qui a été au préalable cintré en le tournant autour d'un pinceau par exemple.

     

    Ce qui nous donne si on regarde la photo ci-dessous:

    • Hublots du bas selon la notice (un trou, un œillet et c'est parti)
    • Hublot du haut selon mon approche (un trou remplie de colle et une gouttière en fil de fer)

     

     

     

     

     

    Et au final sur la maquette avec la peinture appliqué sa donne ça :

      87650463

     

    Ce qui je trouve bien plus réaliste et réussit...

     Je remercie les membres de la royale pour m'avoir proposé cette méthode (et oui, l'idée ne vient pas que de moi, c'est un travail de reflection commun...).

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique