•      Petite astuce ou plutôt test de la lampe pour vérifier si le calfatage est bien réalisé... et si ce n'est pas le cas et bien le compléter :

    Seabird : Vérification étanchéité du pont

    La on comprend qu'il reste encore un peu de peaufinage avant d'obtenir un calfatage parfait...

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
    • Le HMS Endeavour
    •      Le HMS Endeavour fût lancé en 1765 et fût acquis trois ans plus tard par l'Amirauté Britannique puis armé pour réaliser un voyage de trois ans sous les ordres du Célèbre capitaine Cook.
           La mission principale de l'expédition consistait en l'observation d'une éclipse du soleil par la planète Venus dans l'hémisphère Sud. Après plusieurs aventures, certaines tragiques, comme la mort d'une partie de l'équipage, l'Endeavour retourna en Angleterre le 13 Juillet 1771.

           Voici pour la petite histoire (pas très complète) de ce navire. En ce qui concerne la maquette, le kit et de la société Artesania Latina. Elle est à l'échelle 1/60 ce qui donne une maquette de 80cm de long pour 17.5cm de large et 69cm de haut.

      C'est ma toute première réalisation en bois... soyer indulgent.



      1

    2 bis


    3


    DSCN4552


    DSCN4553


    DSCN4547

     

    DSCN4565


    DSCN4564


    DSCN4570


    DSCN4549

     

    Merci à tous de votre visite 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    2 commentaires
    • Le HMCS Snowberry by Bibine

    •           de ce que j'ai pu glaner sur le net comme information on retiendra que les corvettes sont des bateaux mis en place pour faire face au U-boat (sous marin), ces dernier faisaient la pluie et le beau temps dans l'Atlantique durant la seconde guerre mondiale. Tout au long de la guerre, ces bateaux furent améliorés et mieux armés pour faire face à la menace sous-marine. D'une commande initiale de 141 unités en 1940, on en construisit 265 durant la guerre qui furent répartis dans toutes les marines alliés. En 1942, lorsque les U-boat portèrent la guerre sur les côtes américaines, l'U.S. Navy manquant totalement de navires d'escortes dut faire appel à la Royal Navy qui envoya immédiatement 10 unités qui leur furent cédés. Le H.M.C.S. Snowberry fut construit par le chantier Davie Shipbuilding à Lauzon, Québec et lancé le 30 novembre 1940. En 1943, il coula le U-536. À ce moment, il faisait partie de la marine canadienne quoique commandé par la Royal Navy. Il passa la guerre dans l'Atlantique Nord et fit quelques brèves apparitions dans la Manche. En 1945, il fut remis à la Royal Navy et envoyé à la casse en 1947.


      Caractéristiques :

      Longueur: 62.5m
      Vitesse: 16 noeuds ( soit 26.6Km/h)
      Déplacement: 940 tonnes
      Armement: 6 Oerlikon 20mm, Grenades sous marines, Canon 4 pouces, Grenade Hedgehog
      Equipage: 47 hommes


      HMS Snowberry


       

           Et maintenant je vous présente la maquette du HMCS Snowberry que j'ai réalisé.

      Elle est de la marque Revell et son echelle est au 1/72 éme. C’est ma première réalisation en plastique, elle datte un peu… soyez indulgent 

      HMS Snowberry

      P14-11-09 16.06


      HMS Snowberry


      P14-11-09 16.07[04]

      HMS Snowberry


      P14-11-09 16.07[02]

      HMS Snowberry

      HMS Snowberry

      HMS Snowberry

      HMS Snowberry

      HMS Snowberry

      HMS Snowberry

    HMS Snowberry

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
    • Bateau de pêche le "Marina II", Thonier Bolincheur

     

              Je vous présente le kit du "Marina II". C'est mon premier bateau de pêche et de plus ma première maquette motorisée. 

    • Voici le contenu du Kit : 

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la coque
             
              Voici la quille, c'est l'âme d'un bateau. La maquette n'étant pas prévue pour être navigant j'ai du y apporter quelques modifications de manière à pouvoir placer tout le matériel nécessaire à la navigant :


    DSCN4270

    2

              Mise en place du tube d'étambeau dans la quille, puis isolation du tube pour ne pas que l'eau s'infiltre:

    3

    5

              On voit maintenant la réalisation de l'ossature de la maquette. Cette opération est des plus importantes car la quille doit rester bien droite et les couples perpendiculaires à la quille, sinon le bateau ne serra pas "droit".

    7

     

     

     

    8

              Une fois l'ossature mise en place on réalise la coque avec des "Virures". Ce sont des baguettes de bois assez souples qui sont collées sur les couples:

     

    9

     

     

     

     

     

    11

     

     

     

     

     

     

     

    13

              En ce qui concerne le côté intérieur de la coque j'ai appliqué une couche de G4 de manière à rendre la coque imperméable. Certain réalise une première couche en le diluant , moi je ne l'ai pas diluée et je n'est pas eu de problème, l'important étant que les fibres du bois boivent le produit ce qui peut être contrôle car les baguettes changent de couleur en absorbant le produit (elles foncent). Au final j'ai quand même appliqué  trois couches.
              Une fois le G4 bien sec et la structure solide j'ai "évidé" les couples de manière à avoir le plus de place possible à l'intérieur:


    16

              Une fois la coque réalisée j'ai appliqué de la pâte à bois du côté extérieur et réaliser un premier ponçage de manière à avoir une coque bien lisse et régulière. Pour avoir une coque des plus régulière j'ai appliqué une première couche de peinture blanche de manière à avoir une couleur unique et faire apparaître les irrégularités. une fois la peinture sèche j'ai re-poncé, puis repeint... le tout 3 fois.


    14

     

    15

              Une fois le G4 bien sec et l'extérieur de la coque fini de poncer, j'ai réalisé les premiers teste de flottaison histoire de voire si il n'y a pas de fuite d'eau....

              n'ayant de baignoire et de point d'eau sous la main j'ai fais ça dans mon bac à tortue, qui sont bien curieuse pour le coup...
    20

     

    21

     

    22

     

    17

     

    • Pont, brise lame et superstructure

                  Maintenant que la coque est prête j'ai dans un premier temps mis en place le pont où viendra si greffer toute la superstructure du bateau (cabine, mât, casier...).

              De manière à pouvoir faire entrer tout le matériel électrique dans la coque il a fallu que je réalise une ouverture assez grande et la plus discrète pour ne pas que ça face trop sale...

              De même pour le gouvernail, j'ai réalisé une ouverture de manière à pouvoir intervenir en cas de problème

     

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

              Une fois le pont mis en place et fixé il ne reste plus qu'à réaliser le plancher ainsi que le calfatage de manière à rendre la maquette plus réaliste:

    Réalisation de la maquette du Marina II

     

    Pour le calfatage, un coup de feutre noir sur la tranche des baguettes et le tour est jouéRéalisation de la maquette du Marina II

              Vient la suite des opérations avec la réalisation de la superstructure et la peinture:

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

              Voici la réalisation du brise lame:

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

              Réalisation des éléments du pont et de la cabine de pilotage:

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

              Mon petit atelier peinture (je n’aime pas la peinture et je ne suis pas doué) :

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

     
    • Système de motorisation radiocommandé

              Voici un schéma de principe de la motorisation de la maquette :

    Réalisation de la maquette du Marina II

     

              Alors par où commencer ? Tout d’abord le système de radiocommande (3) est en fréquence 2.4 GHZ.

    ATTENTION les fréquences pour le modélisme sont réglementées (voire cette page pour plus d’information).

     

              En ce qui concerne l’alimentation électrique j’ai préféré mettre une batterie pour la   propulsion (1) et une batterie pour la réception (2). La batterie de propulsion (1) est une batterie au plomb de 6v-12Ah, l’avantage est son poids qui permet au passage d’alourdir la maquette. En ce qui concerne la batterie de réception (2) je l’ai réalisé moi-même en soudant en parallèle 5 accus rechargeables de type Ni-Mh, de cette manière j’ai obtenu une batterie d'une intensité de 2100mAh pour 6V de tension (pour la réalisation d’un pack accu voir ce site). Ensuite il suffit de brancher la batterie de propulsion (1) sur le variateur de vitesse (5)  et la batterie de réception (2) sur le récepteur (4).

     

              Après le système est le même pour toutes maquettes. En fonction de ce que l’on veut faire faire à sa maquette. Le système radiocommande/récepteur aura besoin de plus ou moins de « voies » (elles sont situé sur le récepteur (4)). En ce qui concerne ma maquette je n’ai eu besoin que de deux voies, une pour faire fonctionner le gouvernail (6) et l’autre pour faire fonctionner le moteur (7).

     

              Pour faire fonctionner le gouvernail (6) on utilise un servomoteur branché directement sur le récepteur (4). Pour faire fonctionner le moteur (7) on passe par l’intermédiaire d’un variateur de vitesse (5). Ce dernier va permettre de faire varier la vitesse en fonction de l’inclinaison du manche de la radiocommande mais aussi faire tourner dans les 2 sens le moteur. Le montage est simple on branche le moteur sur le variateur qui lui est directement branché sur le récepteur.

     

              Et voilà en choisissant un ensemble de matériels adapter les uns avec les autres vous obtenez un système de navigation complet. Ensuite libre à vous d’utiliser les voies restantes sur votre récepteur pour réaliser un éclairage ou installer un bruiteur diesel, des sirènes ou autres…

     

              Les avis peuvent diverger sur ce montage, moi j’ai décidé de faire de cette manière et ça marche… Dans tous les cas si vous n’êtes pas d’accord n’hésitez pas à m’écrire.

     

     

    •  Photos final et vidéo
     

              Sans plus attendre les photos de la maquette complètement fini :

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

    Réalisation de la maquette du Marina II

             Pour clore le sujet je vous propose une petite vidéo de la navigation, je m'excuse d'avance pour la qualité car c'était la première fois que j'utilisé une caméra

     

    Attention au mal de mer... :

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    9 commentaires
  • Bonjour à tous,

             Après la peinture viens la mise en place de la super-structure et tous les aménagements que l'on a décidé d'intégré. En ce qui concerne mon model j'ai installé les éléments suivants :

              - Moteur d'étrave à l'avant

              - Lumière (ponts, cabine et château)

              - refroidissement des moteurs par pompe à eau

              - bruiteur diesel

              - sirène

     

              Avant de vous montrer les travaux sur la superstructure une petite photo de la coque qui, entre le post précédent et celui-ci a eu le droit à un re-ponçage pour obtenir une vraie coque bien lisse.

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau

            Et c'est partie pour la réalisation de la superstructure et du château du Smit London :

    IMAG0080

     

    IMAG0082 

     

    IMAG0085

     

    IMAG0086

     

    IMAG0087

     

    IMAG0093

     

    IMAG0094

     

    IMAG0096

     

    IMAG00131

     

    IMAG0011

     

     IMAG0009

     

    IMAG0006

     

    IMAG0002

     

    IMAG0004

     

    IMAG0003

     

    IMAG0010

     

    IMAG000900

     

    IMAG001100

     

    IMAG001200

     

    IMAG0018

     

    IMAG0026

     

    IMAG00140000

     

    IMAG001800

     

    IMAG002000

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau

    Et maintenant le model finit :

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
     

    Et pour finir quelques photos de l’intérieur

    Vue d’ensemble :

    De l'arrière vers l'avant, la commande du gouvernail :

    Vu des moteurs :

    Positionnement du haut-parleur du bruiteur de la sirène :

    Sur le dessus, en dessous du château  positionnement du bruiteur moteur :

    Vue de l’intérieur avec les deux batteries plomb :

    Sur le côté les deux bruiteurs, les prises d'eau pour le refroidissement des moteurs et sur le dessus deux interrupteurs pour la mise en marche des lumières et des bruiteurs:


    Devant les batteries un bloc amovible avec les servomoteurs de commande de l'étrave, de la pompe à eau et de la sirène :

    Et en arrière-plan le moteur d'étrave :

     

    Et bien voilà c'est à peu près tout, maintenant si c'était à refaire et bien je ne sais pas si je ferais autrement. Ce qui est sûr c'est que je ferais une trappe d’accès à l'étrave et j’essaierai de faire fonctionner les radars et les lances à eau comme j'avais prévu à la base.

    Et voila pour ce model, il ne manque plus qu'une petite vidéo de navigation... à venir

    Merci à tous

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Maquette du remorqueur le "Smit London" ou "Smit Rotterdam

     

    •  Description :

              Le « Smit London » ou « Smit Rotterdam » est un remorqueur construit en 1975 à Hardinxveld-Giessendam au Pays-Bas dans les ateliers maritimes de Merwede. A sa construction il est le plus grand et le plus puissant dans le monde avec un tonnage de 2273 pour une longueur totale de 74.75m et une largeur de 15.68m. Il est équipé d’un moteur de 22000Cv qui lui offre une vitesse de croisière de 16.5 nœuds (soit 30.55 km/h). Son équipage est composé de 25 hommes, il possède 2 cannons à eau pouvant propulser 400T/heure et est équipé dès technologies les plus moderne pour la navigation et la communication radio.

             Smitrdam1

         

    •  Présentation du kit :

              Et en ce qui concerne le model réalisé, son échelle est au 1/78éme ce qui donnera une maquette de 95cm de long pour 20cm de large et 50cm de haut, voici quelques photos du kit :

    DSCN4449
    DSCN4451
    DSCN4458
    DSCN4460
    DSCN4464
    DSCN4462
    DSCN4467
    DSCN4469

     

    •  Quille et mise en place du chantier :

               ET bien voilà, le printemps c'est bien installé, les arbres sont en feuilles le soleil est de la partie et moi j'en profite pour m'installer sur ma terrasse et commencer ce monument qu'est le Smit London, monument dans le sens ou c'est la plus grosse réalisation que j'entreprends et de plus animées (motorisation, éclairage, bruiteur...)

              Voici le début des opérations avec une partie très importante à ne pas louper... la mise en place de la quille et du chantier.

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

              Phase importante car la quille est la colonne vertébrale du model, son axe qui fera qu'elle est droite et naviguera correctement.

     

    • Pose des couples :

              Autre étape importante la mise en place des couples. Les couples, avec la quille, sont donc l'ossature du model. C'est de la qualitée de cette assemblage qu'on obtient par la suite une coque réguliere et droite en fixant les virures dessus.

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Ici on voit la pose du moteur d'étrave

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    •  Réalisation de la coque:

              Maintenant que l'ossature est complète on peu réaliser la coque en posant les virures.

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

     

     

    • Finition :

            Maintenant que la coque est totalement fermée par les virures, nous allons devoir la rendre "étanche". La première étape est l'application de patte à bois et ponçage. Cette étape nécessite plusieurs applications avec un ponçage entre chaque application. Le but est d'obtenir une coque des plus régulières et lise pour ensuite appliquer la peinture.

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

              Au passage les éléments intérieurs (moteurs de propulsions, moteur d'étrave, servo du gouvernail) ont été installé de manière à pouvoir poser le pont.

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

              Pour finaliser la coque une couche de peinture blanche permet de mettre en évidence les irrégularités restantes sur la coque. Ce qui implique, s’il en reste, d'appliquer ponctuellement de la patte à bois et re-poncer...

              L’or la réalisation d'une coque, pour obtenir le meilleur aspect possible, le ponçage est vraiment une étape importante et récurrente.

              Une fois notre coque finit (bien lisse, sans irrégularités) il ne reste plus qu'à l'étanché. Pour ce model j'ai utilisé un produit s'appelant "G4" qui est une résine. Au vue de son côté non écologique j'ai opté pour une autre solution pour la réalisation de l'étanchéité de mes coques, solution que vous pouvez trouver en consultant la page sur le Seabird.

     
    • Peinture de la coque :

               Voila, la coque est prête à être peinte et le pont à recevoir sa superstructure comme suivant. 

     

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

    Remorquer Smit London ou Rotterdam : vrai navire, présentation du quitte, réalisation de la coque

              Et voila pour la coque et sa peinture. Pour la réalisation de la superstrucure il faut maintenant passer à la partie 2.

     

    Bonjour à tous,

             Après la peinture viens la mise en place de la super-structure et tous les aménagements que l'on a décidé d'intégré. En ce qui concerne mon model j'ai installé les éléments suivants :

              - Moteur d'étrave à l'avant

              - Lumière (ponts, cabine et château)

              - refroidissement des moteurs par pompe à eau

              - bruiteur diesel

              - sirène

     

              Avant de vous montrer les travaux sur la superstructure une petite photo de la coque qui, entre le post précédent et celui-ci a eu le droit à un re-ponçage pour obtenir une vraie coque bien lisse.

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau

            Et c'est partie pour la réalisation de la superstructure et du château du Smit London :

    IMAG0080

     

    IMAG0082 

     

    IMAG0085

     

    IMAG0086

     

    IMAG0087

     

    IMAG0093

     

    IMAG0094

     

    IMAG0096

     

    IMAG00131

     

    IMAG0011

     

     IMAG0009

     

    IMAG0006

     

    IMAG0002

     

    IMAG0004

     

    IMAG0003

     

    IMAG0010

     

    IMAG000900

     

    IMAG001100

     

    IMAG001200

     

    IMAG0018

     

    IMAG0026

     

    IMAG00140000

     

    IMAG001800

     

    IMAG002000

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau

    Et maintenant le model finit :

    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
    Smit London, partie 2 : super-structure et fin du bateau
     
     
     

    Et pour finir quelques photos de l’intérieur

    Vue d’ensemble :

    De l'arrière vers l'avant, la commande du gouvernail :

    Vu des moteurs :

    Positionnement du haut-parleur du bruiteur de la sirène :

    Sur le dessus, en dessous du château  positionnement du bruiteur moteur :

    Vue de l’intérieur avec les deux batteries plomb :

    Sur le côté les deux bruiteurs, les prises d'eau pour le refroidissement des moteurs et sur le dessus deux interrupteurs pour la mise en marche des lumières et des bruiteurs:


    Devant les batteries un bloc amovible avec les servomoteurs de commande de l'étrave, de la pompe à eau et de la sirène :

    Et en arrière-plan le moteur d'étrave :

     

    Et bien voilà c'est à peu près tout, maintenant si c'était à refaire et bien je ne sais pas si je ferais autrement. Ce qui est sûr c'est que je ferais une trappe d’accès à l'étrave et j’essaierai de faire fonctionner les radars et les lances à eau comme j'avais prévu à la base.

    Et voila pour ce model, il ne manque plus qu'une petite vidéo de navigation... à venir

    Merci à tous

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    votre commentaire
  • Je vous présente ma nouvelle réalisation, le "Seabird" (ou Oiseau des mers...)

     

    C'est un Yacht américain de 1910. Je me lance dans la réalisation de cette maquette avec le magazine MRB hors série n° 3, des plans au 1/10ème réalisés par JC Chazarin et  bien évidemment tous les renseignements utiles que je trouverai sur internet (forum, site, contact...).

    J'ai trouvé des photos de la maquette finie (un peu différente du bateau réel)  pour donner une idée de l'objectif final:

     

    16.09.07anniversaire MATTHIS1349

    (Réalisation de la maquette et photo de Jean Marie Rigal)

     

    seabird1907b

    (Réalisation de la maquette et photo de Michel Duparet)

     

    seabird1907c

    (Réalisation de la maquette et photo de Michel Duparet)   

     


    La revue et les plans sont très détaillés. Dans le magazine, Jean-Claude Chazarain indique les étapes pas à pas avec énormément d'explications, de schémas et astuces en tout genre.... 

    IMAG0247

     

    IMAG0248

     

      IMAG0249

     

    IMAG0250

     

    IMAG0251

         IMAG0252

         IMAG0253

      

    IMAG0254

     

      

    Le "Seabird" est cousin par ces formes avec le "Seagull" (Même quille longue, même étrave, même volume,...). Une différence pourtant, le Seabird n'a pas de tableau arrière, il commence et fini en pointe.

    Voici pour la petite présentation, en ce qui concerne mon projet, il fera 88cm de long pour 24cm de large avec un tirant d'eau d'environ 15cm et un mât de 80cm de haut. Une belle réalisation en perspective. 

     

    16.09.07anniversaire MATTHIS1396

    (Réalisation de la maquette et photo de Jean Marie Rigal)

     

    16.09.07anniversaire MATTHIS1425

    (Réalisation de la maquette et photo de Jean Marie Rigal)

     

    • Présentation du matériel :

     

     C'est parti, voici quelques photos de ma commande histoire de se rendre compte du volume de bois que je vais transformer :

     

    DSCN5270

     

    Différentes plaques de contre plaqué :

    DSCN5271

     

    Des baguettes de Red-cedar en guise de virures :

    DSCN5274

     

    Des baguettes de poirier pour réaliser le pont, et des baguettes de noyer pour son calfatage :

    DSCN5277

     

    Ce qui devrait donner ceci :

    DSCN5280

     

    Voilà toutes les baguettes :

    DSCN5273

     

    Avant de commencer il faut étudier les plans :

    DSCN5282

     

     

    • Réalisation de la quille :

    Je fais la quille dans une plaque de Samba de 15mm d'épaisseur. Je trouve que c'est plutôt épais...

    DSCN5287

     

    DSCN5286

     

    Il ne me reste plus qu'à finaliser les pièces (ponçage, affinage...) et les assembler.

     

     

    • Réalisation des couples :

    Ici sur une plaque de contre plaqué en bouleau, la préparation des couples. Je vais découper le tout à la scie à chantourner...

     

    DSCN5304

     

     

    Remarquez que cette maquette est réalisée à partir de "demi couples".  Pour obtenir une symétrie parfaite du bateau, la finition de ces derniers devra être parfaite. 

    imag0306z

     

    dscn5312d

     

    dscn5321z

     

    dscn5315h

     

    dscn5335e

     

    DSCN5341

     

    DSCN5344

     

     

    • Réalisation d'un coffrage pour le lest :

    Je réalise un coffre directement dans la quille pour y introduire du plomb, ainsi j'obtiens un meilleur équilibre de la maquette en navigation.

    DSCN5345

     

    DSCN5350

     

    DSCN5352

     

    DSCN5353

     

    • Ornement de la proue et de la poupe:

    La proue et la poupe du voilier vont avoir une partie hors d'eau visible. Le red cedar deviendra brun foncé après vernissage. Je trouve dommage de voir ces deux parties blanches au centre d'une coque brune.

     

    Pour palier à cela j'ai donc recouvert  les deux parties apparentes avec des baguettes d'Acajou...

    DSCN5359

     

    La quille est prête à recevoir les couples :

    DSCN5360

     

    DSCN5362

     

    DSCN5366

     

    DSCN5368

     

    • Réalisation d'un chantier :

    Réalisant pour la première fois moi même les pièces, je prends des précautions. Afin d'être sur de positionner correctement mes couples et de ne pas avoir de mauvaises surprises lors de la pose des bordés je réalise un "Chantier". Le dit chantier sera est constituée de deux planches, une en partie base où sera placée la quille dans sa position finale, une en partie haute où seront représentés le haut des couples, de la proue et la poupe. Un système de tiges filetées  et de boulons permettra de régler la hauteur du plateau supérieur.

     

    IMAG0318

     

    Voici le positionnement de la quille, sans oublier de représenter les bases des couples dessus : 

    DSCN5369

     

    DSCN5371

     

    Et voila le résultat

    DSCN5377

     

    DSCN5376

     

    DSCN5379

     

    DSCN5382

     

    DSCN5385

     

    DSCN5386

     

    DSCN5387

     

    L'ossature est maintenant terminée et prête à recevoir les virures pour la réalisation de la coque...

    DSCN5391

     

    DSCN5393

     

    Je réalise des lisses d'ouverture. Ces lisses vont permettre de maintenir les couples en place et éviter qu'ils ne soient écrasés lors de la pose des bordés en Red Cédar.

     DSCN5395

     

    DSCN5396

     

    DSCN5398

     

    DSCN5401

     

     

    Et voilà, le chantier peut être démonté, il ne servira plus. La coque va maintenant recevoir sa première peau...

     

       

    • Mise en place du liston:

      

    Le "liston" est généralement une bande courant le long de la coque d'un navire. Placé un peu en dessous de la liaison coque/pont, il en assure la protection. On trouve des listons sur les bateaux de pêche, de plaisance ou les bateaux de service. Il peut être en bois, en corde ou en caoutchouc.

     

    Le liston peut être en creux, il est alors simplement une décoration, ce qui est le cas sur ce modèle.

     

    La mise en place est assez simple, il suffit d'insérer entre deux lattes de red cedar une latte de bois dur (acajou) de 2mm d'épaisseur a peindre par la suite.

     

    IMAG0006

      IMAG0005

     

     

    Le renforcement côté intérieur améliore la dureté et l’étanchéité de la coque.

     

    IMAG0012

     

    IMAG0009

     

    IMAG0016

     

        Il me reste à continuer la coque en ajoutant une par une des bordées de Red cédar en les serrant bien les unes aux autres pour favoriser l'étanchéité...

     

     

    • Quelques photos de l'avancée...

     

    Voici la réalisation des bordages. Pour l’esthétique j'ai bien serré les baguettes les unes aux autres puisque le haut de la coque (au dessus de la ligne de flottaison) ne sera pas peinte.

     

    La coque est maintenant finie, j'ai un gros travail de ponçage avant la peinture le vernissage :

     

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

     

    Petite photo de l'isolation intérieure du modèle. Cette fois ci pas de produit type G4 ou autre produit non naturel, juste de la sciure de bois mélangée à de la pâte à bois (mélange homogène histoire d'avoir une belle pâte assez tendre à appliquer. Je n'étais jusqu'ici pas persuadé du résultat mais comme j'aime tout essayer j'ai franchi le pas sur ce modèle... et je dois dire que je n'en reviens pas de l'efficacité de ce mélange. Il me reste tout de même à valider

    l'étanchéité sur l'eau.

     

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

     

    Mauvaises surprises au ponçage... des trous au niveau des râblures de la proue et de la poupe. Je n'avais pas que assez creusé... J'ai beaucoup à apprendre! Heureusement j'ai réussi à rattraper le coup avec des chutes, mais bien évidement ça se voit.

     

    DSCN5417

     

    DSCN5412

     

     

    Voilà pour le moment, j'ai appliqué hier soir une couche de bouche-pore puis après séchage la première couche de peinture blanche. Résultat, aujourd'hui je vois des irrégularités jusque là passées inaperçues. Je régularise à la pâte à bois. 

     

    Ce soir re-ponçage puis re-peinture et si nécessaire re-pâte à bois...

     

     

    • Réalisation du lest en plomb

    Concernant la réalisation du lest en plomb de ce modèle, il  y a deux solutions :

    -    Soit on fait des moules en fonction des plans et des techniques habituelles (voire dans onglet divers / Réalisation de lest en plomb ) puis on réalise les plaques et on les glisse dans la quille.

    -   ou alors on coule le plomb directement dans la quille... ce que j'ai fait. Pour ceux qui opteraient pour cette solution, attention, des précautions sont primordiales, en plus de vos protections prévoyez un récipient d'eau avec une éponge car le plomb en fusion est autour de 310°C donc au contact du bois celui-ci peut brûler voire s'enflammer...

     

     

    Voici deux schémas montrant la mise en place du plomb :

     

    Schéma plomb

     

     

     

    1 : Bas de la quille. Coté gauche rebouché et coté droit mise en forme (ponçage arrondi)

    2 : Complément de lest dans le fond de la coque pour parfaire l'équilibrage

    3 : Bordage de la carène

    4 : Partie pleine de la quille

    5 : partie creuse de la quille (coffrage) avec le plomb coulé dedans

    6 : Varangue d'un couple

     

    Schéma plomb suite

    A : Coque prête à recevoir le plomb

    B : plomb coulé directement dans la quille (on voit de l'eau glissant le long de la quille, à savoir que le red cedar ne gonfle pas au contacte de l'eau!!!)

    C : quille rebouchée à l'aide de chutes de red cedar et mastic à bois

     

     

     

     

    • Finition de la coque 

     

    Donc pour palier aux différences de couleurs de l'essence du "Red-Cedar" et des imperfections commises j'ai appliqué une teinture de type "Merisier". Une fois la teinture sèche j'ai pu passer au vernis. Pour obtenir un résultat optimal j'ai passé quelques couches en diluant de 1/3 le vernis marin brillant avec de l'essence de térébenthine puis en diminuant jusqu'à 1/2.

    J’ai du appliquer une dizaine de couches avant que le bois se soit gorgé de vernis et rende un aspect lisse et brillant...:

     

    dscn5428a

     

    dscn5430fc

     

    dscn5425

     

     

    Suite au vernis voici la réalisation de la bauquière (les deux lattes en Samba qui vont permettre de poser les barreaux du pont) et remplissage des creux entre couples avec des tasseaux de Samba :

    dscn5443

     

    dscn5445bq

     

    dscn5448g

     

    dscn5453

     

    Et pour finir un petit coup de peinture à l'intérieur de la coque histoire d'embellir. Certains diront même que ça complète l'étanchéité... mouais...:

    dscn5456

     

    dscn5454

     

    dscn5458i

     

    dscn5455h

     

    dscn5457

     

     

    • Réalisation des barreaux de pont, lattage du pont et calfatage du pont

     Le "saucissonnage" du Seabird"

    Réalisation de la coque et du pont du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Ci-dessus la pose du plat bord réalisé en poirier. Malgré le nombre de pinces, les plaques ont tendance à se courber au contact de la colle. J'ai improvisé... c'est une technique comme une autre!

    Maintenant je vous propose quelques photos de la réalisation des barreaux de pont qui serviront de support au futur plancher :  

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Dans un premier temps j'ai coupé les futurs barreaux dans des lattes de Samba (5x20) en fonction de l'espacement de la coque (de bord à bord)

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation d'un gabarit en carton. Le pont est légèrement bombé du centre du navire vers l'extérieur (bâbord et tribord). Les barreaux doivent tous avoir la même courbure.

    Encore une improvisation: ma technique pour poncer tous les barreaux en même temps et avoir une courbe régulière :

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Je comprime tous les barreaux entre eux et je les maintiens bien serrés avec deux taquets en bois sur une surface bien plate.

     Les barreaux sont réalisés, je les place sur la bauquière et les peaufine :

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Une fois les barreaux posés il faut repérer les ouvertures (coffre à voile et cabine). J'ai découpé dans des planches de contreplaqué la forme et la taille des ouvertures. Je les ai positionnés sur le pont à leurs places respectives et fixé des lattes de poirier sur tout le pourtour de ces ouvertures. Je n’ai pas pris de photo de cette étape, j'en suis désolé... 

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

      Pour finir voici la pose du plancher en latte de poirier. Entre chaque latte de poirier je pose une fine latte de bois noir (en ce qui me concerne latte de noyer couleur chocolat foncé, rupture de stock oblige lors de la commande de mon bois). Cette latte de bois noir va représenter le calfatage du plancher.

    Quelques explications :

          Le calfatage est l'action qui consiste à remplir à force les espaces entre les planches constituant le revêtement extérieur de la coque (bordage) et du pont d'un bateau dans le cas d'une construction à franc bord. Sa première fonction est de bloquer les bordés entre eux de façon à permettre à la coque de résister aux efforts de cisaillement.

    Ceci se faisait traditionnellement à l'aide de filasse (ou étoupe) appliqué en force, par boucles successives, par le calfat, en frappant avec un maillet sur des outils spécifiques (ciseau, fer à calfat, etc.), filasse en général protégée ensuite par un enduit fait de brai bitumineux ou de goudron, parfois de mastic de vitrier, lui-même protégé par un entoilage sous un doublage de cuivre. Ce travail était long et pénible mais l'étanchéité de la coque en dépendait. Le bordé, malmené par les mouvements de la mer et les contraintes du gréement, avait en effet tendance à « jouer » et à laisser passer de l'eau.

    Le calfatage était répété lors des opérations de rénovation de la coque. La coque doit être en bon état pour supporter les pressions exercées par le cordon de chanvre ou de coton.

    Les coques en bois construites à clins, assemblées à tenon et mortaise, à double bordé, longitudinal ou croisé, dont les bordés sont assemblés entre eux, ne sont donc jamais calfatées, le gonflement du bois à l'humidité étant suffisant pour assurer l'étanchéité. Il en est d'ailleurs de même pour les embarcations, même à franc bord, qui ne supportent que des contraintes légères (sans gréement, peu chargées, utilisées en eaux abritées). Les bateaux actuels sont construits dans des matériaux constituant des voiles continus et ne nécessitent donc plus de calfatage.

     

    Source WIKIPEDIA


    Il ne faut surtout pas hésiter à bien serrer les lattes les unes aux autres pour parfaire l'étanchéité du plancher et ne pas avoir de problème lors des sorties...

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la coque et du pont du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910 

    Après ce dur travail je m’assure de la bonne étanchéité de l'ouvrage. J'utilise une lampe que je glisse dans la coque :

    Réalisation de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    De cette manière je vois tout de suite qu'il me reste encore du travail avant d'obtenir un pont parfaitement étanche.

    Une fois le calfatage fignolé je passe au ponçage du pont. Le poirier étant un bois à fibres très fines et serrées (comme la plupart des arbres fruitiers) le ponçage est très dur. Pour obtenir un rendu satisfaisant j'ai commencé par avec un grain de 50 (indiqué pour le décapage de peinture...!!!) pour effacer les plus grosses irrégularités, puis un ponçage en 80 et pour finir en 180mm. Comme le résultat ne me satisfaisait pas j'ai terminé en passant un coup de brosse de polissage :

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation du pont, mature et gréement de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Pour finir le pont j'ai simulé son clouage. Comme il existe différentes méthodes, j'ai fait des essais avant de me décider et reproduire sur mon pont :

    Réalisation de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Alors de gauche à droite :

          - clou avec tête (effectivement trop gros)
          - pointe de crayon grossièrement (volontairement) 
          - puis clou sans tête (celui que je préfère)
          - trou de pointe remplie de mine de crayon (quasi même rendu que celui du dessus au final)

    Sans hésiter j'opte pour le clou sans tête

    Réalisation de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910

    Réalisation de la maquette du Seabird,cotre aurique, Yacht de 1910 

    Fin de la première partie la suite ICI

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires